Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Thierry Serfaty : Agônia

22 Juillet 2013 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #j'ai lu

Agônia de Thierry Serfaty

J’avais été déçue par Demain Est Une Autre Vie. Je suis enchantée par Agônia, du même auteur. Quel boulot et quel suspens. Monsieur Serfaty, j’ai eu beaucoup de difficulté pour m’extraire de la lecture de votre magnifique pavé de 396 pages.

Les grecs avaient choisi ce mot Agônia pour parler du combat, en particulier le dernier combat, celui qu’on mène contre l’usure et la mort. Le pire de tous.

Laura, la belle Camerounaise née en France qui manie la dérision contre l’angoisse, Erick Flamand son homme, son adoration et Marina pensent que l’enquête est close. En effet, à l’institut le maître s’est suicidé. Mais voilà que tout recommence.

Le livre met en scène des phobiques qui attendent tous une solution miracle : faire disparaître la peur. La plupart se suicident avec précisément ce qu’ils redoutent.

J’apprends que l’apopathodiaphulatophobie : c’est la phobie d’être constipé, la tricophobie : c’est la peur des poils, la taphophobie : c’est la peur dévorante et incontrôlée d’être enterré vivant, la bélonéphobie : c’est la peur des aiguilles…

Beaucoup de phobiques ont une électrode plantée dans l’amygdale cérébrale. Tous ces Fighters sont soignés par le nouveau Maître.

Des vidéos filment la mort des disciples qui ont perdu la peur grâce à la stéréotaxie : une technique de neurochirurgie.

Beaucoup de personnages passionnants peuplent les pages du roman. Lucas Barco, le photographe, pratiquant la morphopsychologie c’est à dire l’étude de la personnalité et des émotions à travers le corps et plus particulièrement à travers le regard. Pierre Pylon, le psychiatre aveugle et perspicace, prétendant que les émotions fondamentales, la joie, la tristesse, l’acceptation, le dégoût, le mépris, la colère, la peur... s’expriment de la même manière sur tous les continents. Madeleine Roy, spécialiste de la protéomique, la science qui s’intéresse aux produits des gènes, autrement dit l’analyse les protéines du sang pour identifier avec précision le capital génétique, un peu comme si en goûtant un gâteau, vous parveniez à reconstituer la recette dans ses infimes détails. Marlène, la prof de sport à l’institut. Gaël son agoraphobie, son père autoritaire, un petit frère mort quelques années plus tôt, sa force d’athlète, s’est mis en tête de dresser la petite Léa en pratiquant sur elle l’autostimulation.

Si les émotions sont le miroir de notre personnalité, l’expression de notre caractère profond, de notre intimité et notre identité mentale, le coupable, dont je ne vous dévoilerai pas l’identité, souffre lui aussi terriblement.

Thierry Serfaty remercie, entre autre, le Professeur Mark Rosenzweig, psycho biologiste et le Docteur Florence Guibert-Keime neurologue. L’auteur, lui même médecin, en connaît un brin sur la question et m’entrouvre un monde inconnu et passionnant. Je m’incline face à la somme de documentation que Thierry Serfaty a dû accumuler, à la somme de données qu’il a dû ingurgiter pour écrire ce livre.

Merci pour ce passionnant Agônia.

Agônia de Thierry Serfaty

Agônia de Thierry Serfaty

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article