Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Saint Remèze, place de la mairie, un futur désert

30 Septembre 2019 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #coup de coeur, #coup de geule

Nono, Nordine el Mestari

Nono, Nordine el Mestari

"Un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle"

Pour nous ce serait : "un commerce qui ferme, c'est un village qui meurt"

 

   Voilà 8 ans que la boulangerie Pellet a fermé ses portes. Aujourd’hui c’est la boucherie Mestari qui arrête ses activités après 37 ans de service. À Saint-Remèze, la place de la Mairie est en voie de désertification ; une page de l’histoire locale se tourne.

   Nous étions voisin Nono et nous, le boucher et le boulanger. Je l’ai vu arriver en 1982. Il avait 23 ans. Plus tard, ses deux petites filles Nancy et Jennifer jouaient sur le trottoir. Aujourd’hui c’est son petit-fils Luca qui pousse sa trottinette devant la boucherie.

   Nordine affiche sur sa vitrine : « Suite à une activité hivernale peu rentable et insuffisante pour me permettre de travailler correctement mes produits, la boucherie se voit dans l’obligation de fermer ses portes. Je remercie la fidèle clientèle qui m’a fait confiance durant de nombreuses années. »

Il aimait fabriquer les caillettes, le boudin, le pâté de campagne, la jambonnette, le saucisson de couenne ou à cuire… Le tout à base de viande ardéchoise ou locale. Et, il aurait bien continué encore un peu à exercer ses fonctions si la collectivité avait davantage soutenu son commerce.

   Au cours de ces quatre décennies il a vu défiler les générations : depuis les grands-parents jusqu’aux petits enfants. Une manière émouvante et personnelle de mesurer le temps. 

   Nono c’est le fils de Mohamed El Mestari né en Algérie, qui est arrivé à Largentière pour travailler dans les mines, transporter le charbon puis les châtaignes. Passant par les brasseries de Ruoms, il est devenu agent technique au lycée de Ruoms puis de Pierrelatte avant un retour à Saint-Remèze, le berceau maternel.

   Nordine, toujours appelé Nono, s’est installé à la place du bistrot Ranquet et du magasin d’antiquité Duhamel. Tout le monde connaît son engouement pour les pompiers. C’est un homme à l’écoute des gens ; il aime rendre service. Il est aussi spécialiste du GRIMPE groupe de recherche intervention en milieu périlleux. Il adore se propulser sur les falaises et être suspendu au dessus du vide au bout d’une corde. Ce que dit moins cet homme discret, c’est qu’il est également garde sauveteur hélicoptère et se déplace plusieurs fois par mois jusqu’à Lyon pour des sauvetages divers et variés.

   L’homme s’en va à la retraite. Il est content de son parcours. Même si le système de consommation et d’alimentation a changé, il s’en va le cœur serein, conscient du travail accompli.

Toutefois, il cherche un repreneur.

À bon entendeur salut. 

Et surtout bonne retraite à Nono. Je suis bien certaine qu’il saura occuper son temps et je lui souhaite de belles heures de loisirs.

Salut l’ami.

 

Nordine el Mestari, garde sauveteur hélicoptère.

Nordine el Mestari, garde sauveteur hélicoptère.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article