Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Gorges de l'Ardèche. Au Pont d'Arc les bétonneuses mettent en valeur le patrimoine

29 Avril 2018 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #coup de geule

Massacre dans les gorges de l’Ardèche

Lifté, manucuré, maquillé, relooké, le pont d’Arc, symbole populaire des gorges de l’Ardèche, offre désormais une image comme aiment la plupart des gens : bien propre, aseptisé.

Le pont d’Arc a profité du temps calme hivernal pour faire peau neuve, une cure de jouvence, montrant désormais ses flancs impudiques et son environnement assaini, purgé de ses arbres centenaires, débarrassé de ses buissons et de ses sentiers sauvages.

Des tonnes de béton déversé, le terrain discipliné, la plage refaite à neuf, on se croirait dans un parc bien aménagé avec poubelles, toilettes, allées rectilignes, terrasses arborées, petites barrières délimitant les espaces…

Coût de l’opération : 14 millions d’euros !

À travers son arche, on voit le hideux ruban de béton qui soutient la route.

Désormais il faudra payer pour se garer sur le parking.

Désormais il faudra prendre une navette depuis Vallon pour venir contempler le pont d’Arc.

 

Maitriser la nature

À force de vouloir mettre tous les sites à portée du public, à force de vouloir "valoriser" le patrimoine, on démolit, on aménage et on saccage. Pourquoi pas un téléphérique pour monter en haut du Kilimandjaro ? Pourquoi pas une autoroute à travers le sable de Mauritanie ?

Arrêtons de vendre le pays.

Arrêtons de piétiner l’héritage de nos ancêtres alors que notre devoir le plus élémentaire est de le conserver en l’état.

Arrêtons d’envoyer des gens salir nos dolmens, abîmer nos sentiers, détruire nos murets, casser nos stalactites.

Jusqu’où iront nos femmes et hommes politiques dans la destruction systématique de nos richesses ?

L’homo sapiens a la folie des grandeurs et rien n’arrête ses massacres. « Tout ce qui peut être réduit sous la puissance de l’homme, tu l’as fait bien et tu lui as imposé la marque de la servitude » écrivait déjà Ernest Psichari au début des années 1900.

 

Méconnaissable notre pont d’Arc

Ils ont osé toucher à notre ancêtre, ce totem sacralisé.

Et ce n’est que le début.

« On » parle de fermer toute la zone, de boucler le serre de Tourre, de cadenasser les sentiers, de verbaliser les derniers aventuriers ! Les vrais amoureux du site ont fui depuis belle lurette, eux. Ils se sont réfugiés dans les endroits encore sauvages : le Louby, la Pastière, la Fève… ou encore au pied d’une dune au Sahara.

Au bord de la route, des murets rétrécissent la chaussée, empêchent de se garer et il devient difficile de contourner un vélo. Plus loin, tous les espaces disponibles criblés de cailloux d’origine lointaines, empêchent les véhicules de s’arrêter.  

La gangrène qui monte depuis la côte d’azur atteint désormais l’Ardèche, laminant nos plus beaux paysages. J’ai entendu dire qu’ « on » voulait bétonner le Trou de la Lune dans la vallée de L’ibie !

 

Vous avez dit Réserve Naturelle des gorges de l’Ardèche !

Une réserve censée permettre de marcher librement ? Une réserve où à chaque rapide un pompier de service fait la circulation ? Une réserve où, dès septembre, les chasseurs vident leurs chargeurs sur les sangliers ! Une réserve où les spéléos sont pourchassés où les naturistes sont bannis ?

 

Je suis en deuil

Plus que la révolte, c’est la tristesse qui m’accable. Face à une telle monstruosité, je me sens totalement impuissante. Il faudra bien du dynamisme à ce collectif Gorges de l’Ardèche à défendre, qui vient de se créer, pour lutter contre le ras de marée qui ravage le pays.

Personnellement, je me terre sur mes territoires. Comme un bête blessée, je tente de me remettre. Ne dit-on pas : Pour vivre heureux, vivons cachés.

 

à la Combe d'Arc. Pont d'Arc. Gorges de l'Ardèche.

à la Combe d'Arc. Pont d'Arc. Gorges de l'Ardèche.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article