Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Châteaux cathares, canal du Midi, périple en pays d'Oc

29 Mars 2016 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #coup de coeur

Petit périple en pays d’Oc

Château de Foix

Au pied des Pyrénées, dominant la ville, le château de Foix monte la garde sur son piton rocheux. Il a résisté aux attaques de Simon de Montfort pendant la croisade contre les Albigeois ; Gaston Phébus y a écrit son Livre de Chasse et des poésies en Gascon.

Il faut grimper jusque là-haut pour admirer la tour carrée couverte d’ardoises, la tour du milieu et la tour ronde, le tout magnifiquement conservé.

C’était Carmentran ce samedi 19 mars à Foix ; la fanfare défilait suivie par des enfants et des adultes déguisés ; le pauvre Carnaval a été jugé selon la coutume, déclaré coupable et condamné au bûcher au son d’Adiu paure, adiu paure, adieu paure Carmentran…

Une grimpette jusqu’au château de Roquefixade, là où en 1205, Corba de Lanta épousait Raimon de Péreilhe, là où se sont réfugiés les Cathares fuyant l’inquisition. Sur le chemin, une stèle. En bas, la commune arbore les drapeaux européen, français et occitan.

Quelques magnifiques magnolias en fleurs, des vaches, des brebis ; des prairies bordées de clôtures : le dépaysement.

Montségur

Toujours en Ariège, au pied des montagnes, le château s’est peu à peu dévêtu de son costume de brouillard pour apparaître sur son pog, aux militants occitans, venus commémorer le massacre sur le bûcher des 200 Bons Hommes cathares après presque une année de siège. Ce 12 mars 1244, les hérétiques, plutôt que l’abjuration de leur foi, ont choisi de partir dans les flammes du Prat dels Cremats, le champ des brûlés.

« On éliminait les différences, déjà à cette époque ; l’intolérance n’est toujours pas morte aujourd’hui » déclare un homme aux cheveux blancs coiffé d’un béret.

Janine cite le texte du poète Joan Bodon : « Es sus la talvèra qu’es la libertat ».

Au pied de la stèle, drapeau au vent, femmes et hommes rendent hommage aux derniers combattants : des textes, des poèmes et quelques chansons dont Se Canta, l’Estaca du Catalan Llach LLuis qui est l’hymne officieux de résistance au franquisme.

Les Éditions Vent Terral, du nom du vent qui vient de la terre, par opposition au marin étaient présentes avec leurs dernières parutions : poésies, nouvelles et romans, linguistique, histoire, philosophie et religion en français et en occitan.

Seulement 133 habitants dans le petit village de Montségur, cerné de crêtes abruptes couronnées de neige. Là nous nous sommes restaurés et réchauffés. 

Ax Les Thermes

Résidence estivale, proche des stations de sport d’hiver, au pied des Pyrénées, non loin d’Andorre, cette station thermale abrite 60 sources chaudes ; on soigne les sciatiques, les rhumatismes et les voies respiratoires.

Je me régale d’un bain de pied dans le bassin des ladres, au milieu des fumerolles de soufre, tandis que mes amis s’amusent au Casino. 

Quéribus et Cucugnan

Un tour dans l’Aude au château de Quéribus en Hautes-Corbières. Ça monte dur, d’abord par un chemin qui devient sentier puis par des escaliers irréguliers ; ça grimpe jusqu’aux nuages. Vue d’avion sur les contreforts à l’infini, sur la plaine du Roussillon, le massif des Corbières et le joli petit village de Cucugnan aux façades ocres qui abrite 133 habitants.

C’est ici, à Quéribus, que vécu le chevalier Chabert de Barbaira, célèbre hérétique, le religieux Benoît de Termes. Trois enceintes s’étagent sur la falaise ; il reste la citerne, un pilier gothique soutenant des croisées d’ogives, une échauguette…

À Cucugnan, la statue de la vierge enceinte orne l’église ; l’horto dél Ritou regarde la vallée ; les rosiers anciens bordés de buis taillé vont bientôt fleurir ; quelques potiers préparent les provisions pour la saison estivale. La marchande de miel est allemande, le restaurateur parisien et sa femme Bretonne, l’hôtelier qui nous héberge est Belge…

— Mais où sont les gens du pays ?

— Au RSA… me répond-on. 

Voilà un thème de réflexion.

Tout en haut du mamelon où trône Cucugnan, le moulin à vent d’Omer aux ailes en frêne, au toit pivotant, aux meules en granit et l’ancien emplacement du château de la localité.

Au-dessous, Roland Feuillas, boulanger atypique a ouvert son fournil. Haut en couleur, passionné donc passionnant, l’homme a fière allure, son discours est séduisant. Il a réhabilité les blés de population : barbu du Roussillon, touselle de Nîmes, saissette de Provence, bladette de Puylaurens… qu’il appelle blé biblique. Je me souviens du temps, pas si ancien, où je vendais les baguettes de mon boulanger…  

Le village est aussi l’habitat du légendaire curé de Cucugnan mis en scène dans Les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet dont Achille Mir, Majoral Félibre, a écrit Lou sermou dal curat de Cucugna en vers.

Passage au château de Peyrepertuse tout proche.

Nous nous faisons une joie de revoir le château de Puivert que nous avons visité il y a une trentaine d’années. Fief de la famille Congost qui accueillait Aliénor d’Aquitaine et pratiquait le catharisme, il trône fièrement sur son castrum dominant le lac et la plaine fertile. Quelle déception ! Il est fermé ; il a été vendu à des particuliers ! Franchissant les barrières qui bloquent l’entrée, je vois un drôle de chien enchaîné qui hurle ; il paraît que c’est un loup tchèque…  

Par les petites routes, direction Tuchan qui se meurt ; beaucoup de panneaux « à vendre » décorent les maisons ; le château d’Aguilar monte la garde un peu plus loin.

Le canal du Midi

Un petit tour sur le canal du Midi, au hameau du Somail où une multitude de péniches modernes et anciennes sont amarrées. Une pensée pour le génie Riquet, son plan pour faire communiquer l’Océan Atlantique à la Méditerranée par 240 kilomètres de berge ombragée de 42.000 platanes souvent victimes d’une maladie incurable… Une envie subite de monter à bord et de partir pour l’aventure.

Les commerces sont fermés ; pas moyen de boire un café avant Pâques. Ici, les résidents sont anglais à 80%... Hormis l’épicerie flottante et quelques pêcheurs accompagnés de belles oies peu farouches, le lieu est triste, désert et ne vit que la moitié de l’année comme beaucoup de lieux touristiques.

Et c’est le retour vers nos terres d’Ardèche.

En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.
En pays d’Oc.

En pays d’Oc.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article