Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Avant donc que d'écrire, apprenez à penser. Souffrance d’auteur

7 Juillet 2015 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet

Le gardien du manuscrit

Le gardien du manuscrit

Le gardien du manuscrit,

Souffrance d’auteur,

Écrire

L’écriture, vous l’avez compris, est pour moi vitale. Si c’est un véritable plaisir que de lâcher des phrases, les composer, les retourner, réaliser l’intrigue, ménager le suspens, me laisser entraîner dans un tourbillon où les personnages n’en font qu’à leur guise et me mènent par le bout du nez jusqu’à me poursuivre la nuit ; en revanche, les corrections représentent un véritable supplice me laissant découragée, anéantie, fatiguée.

C’est comme la sculpture ; le gros œuvre terminé, je dois poncer, passer et repasser le papier verre sur les formes jusqu’à ce qu’elles soient lisses comme du marbre.

Toujours pas démodé

Nicolas Boileau écrivait en 1674 :

Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,

L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.

Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,

Polissez-le sans cesse, et le repolissez,

Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Corrections

Pourtant, une fois l’acte d’écriture achevé, une amie me lit plusieurs fois traquant les fautes d’orthographe et les mal dits ; un ami me lit me critique, me suggère, chasse les lieux communs et les commentaires qui mâchent le travail du lecteur ; mon mari (qui n’aime guère la lecture) me lit, ne ménage pas ses commentaires parfois dérangeants, ses analyses et parfois ses encouragements.

Qu’ils soient tous les trois remerciés ici pour leur aide.

Édition

Heureusement, le gardien de mon manuscrit, mon fidèle Grisou, un vieillard âgé de presque 14 ans, 72 ans en âge humain, veille au grain, gratte le papier d’une patte affectueuse et ne manque pas de faire sa sieste à côté du brouillon.

Et puis, et puis, il faut partir à la recherche d’un éditeur ! Ça c’est une autre épreuve, longue, fastidieuse, cruelle, souvent stérile dans la jungle du monde de l’édition.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article