Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Éric Emmanuel Schmitt, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

31 Mars 2015 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #j'ai lu

Merci Éric-Emmanuel Schmitt pour ce petit texte émouvant

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran d’Éric Emmanuel Schmitt,

Un petit bijou, à peine 100 pages, une nouvelle, une chronique simple et tragique racontée avec humour et tendresse, une histoire d’amitié entre un juif et un arabe.

Moïse vit Rue Bleue, seul avec son père. Quand ce dernier s’en va en laissant un mot, le jeune garçon qui a déjà été abandonné par sa mère et son frère, simule la présence de l’absent.

— Je ne suis pas arabe, Momo, je viens du croissant d’or, une région qui va de l’Anatolie jusqu’à la Perse. Je suis soufi, déclare Monsieur Ibrahim l’épicier arabe, l’ami du garçonnet.

Moïse consulte le dictionnaire, persuadé qu’il s’agit d’une maladie. Mais les dictionnaires n’expliquent bien que les mots qu’on connaît déjà.

Il découvre que Monsieur Ibrahim est circoncis ; celui-ci explique :

— Les musulmans comme les juifs. C’est le sacrifice d’Abraham : il tend son enfant à Dieu en lui disant qu’il peut le prendre. Ce petit bout de peau qui nous manque c’est la marque d’Abraham.

Après lui avoir pourri la vie, le père de Momo se suicide. Ses parents avaient été ramassés par les nazis et exterminés dans un camp, alors lui aussi cherchait son train.

Lorsque la mère de Moïse revient, il prétend s’appeler Momo diminutif de Mohammed.

Après les tampons, les autorisations, les fonctionnaires agressifs, Monsieur Ibrahim devient le père de Moïse. Ils achètent une voiture pour le voyage Paris/Istamboul, traversent la Suisse, l’Albanie, la Grèce.

En route, Monsieur Ibrahim remarque :

— Lorsque tu veux savoir si tu es dans un endroit riche ou pauvre, tu regardes les poubelles. Si tu ne vois ni ordures ni poubelles, c’est très riche. Si tu vois des poubelles et pas d’ordures, c’est riche. Si tu vois des ordures à côté des poubelles, c’est ni riche ni pauvre : c’est touristique. Si tu vois les ordures sans les poubelles, c’est pauvre. Et si les gens habitent dans les ordures, c’est très pauvre.

Dans les tekkés, les derviches tournent. Momo tourne avec eux ; sa haine se vidange. Mais Monsieur Ibrahim est victime d’un accident, Moïse rentre en stop, pour reprendre l’épicerie de son père adoptif. Pour tout le monde, le petit juif est l’Arabe du coin. Arabe, ça veut dire ouvert la nuit et le dimanche, dans l’épicerie.

Moi aussi ma spécialité c’était l’épicerie. Elle était ouverte tous les jours en juillet et août et tous les dimanches matins toute l’année… Merci Éric-Emmanuel Schmitt pour ce petit texte émouvant.

Derviche tourneur (File:Mevlevi-Derwisch.jpg)

Derviche tourneur (File:Mevlevi-Derwisch.jpg)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article