Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
nicole-faucon-pellet.overblog.com

Et puis, Paulette…de Barbara Constantine

19 Novembre 2013 , Rédigé par Nicole Faucon-Pellet Publié dans #j'ai lu

Barbara Constantine, Et puis, Paulette…

  Ferdinand trouve le chien de sa voisine qui divague et le ramène chez Marceline sa propriétaire. Elle est couchée, mal en point, sous un toit qui fuit…

  Ferdinand est triste. Son fils Roland est parti depuis deux mois avec Mireille et les deux enfants. Depuis un grand trou noir s’est formé sous ses pieds, un trou noir plus profond qu’un puits. Heureusement il y a Chamalo que ses petits Lulus ont laissé à sa garde. Chamalo laisse des cadavres de souris au pied du lit de son maître. Ferdinand se demande comment il va faire pour expliquer au chaton combien ce serait mieux s’il mangeait ce qu’il chassait. Tuer pour rien c’est du gâchis. Ca ressemble trop à ce que font les hommes. Quel intérêt ? La boule de poils dort avec lui, le museau dans le creux de son oreille et mange sur la table avec lui.

  Ferdinand s’installe à la terrasse du café et attend la sortie de l’école pour voir ses petits Lulus, Ludovic et Lucien, les embrasser.

  En attendant de pouvoir réparer sa maison, Marceline vient habiter chez lui à la ferme avec son âne Cornélius, sa chienne Berthe et son chat Mo-Je (ca veut dire peut-être en Polonais). Marceline a des obligations professionnelles dans son jardin ; elle vend des légumes au marché. C’est son âne Cornélius qui tire la charrette : un animal particulièrement rusé qui sait ouvrir toutes les portes pour aller brouter en particulier dans les potagers…

  Et puis il y a Gabrielle et Guy qui ont élevé Mireille. Lorsque Gaby meurt, Guy déprime. Ferdinand rejoint la ferme.

  Les sœurs Lumière se joignent à eux parce qu’un de leur neveu les menace. Hortense et Simone ne sont pas vraiment sœurs : Hortense a été marié au frère de Simone et le lendemain de ses noces Octave, en retrouvant son régiment a sauté sur une mine. Elles ne se sont plus quittées depuis. Elles ont ouvert un magasin d’électricité : Le Comptoir Électrique des sœurs Lumière. Hortense est malade, à tour de rôle, ils assurent sa garde.

  Danuta et Olenka les filles de Marceline sont mortes dans un accident de la route. Lionel le deuxième fils de Ferdinand s’est exilé en Australie. Peu à peu, le lecteur rentre dans les confidences de la communauté.

  Roland et Mireille se disputent beaucoup puis se séparent. Du coup P’tit Lu et Ludo viennent souvent chez Ferdinand, pour la plus grande joie des nombreux habitants de la ferme. Roland et Ferdinand passent une soirée arrosée ensemble, l’alcool c’est propice aux débordements. Ferdinand se rend compte que son fils n’est pas un petit con, Roland se rend compte que son père n’est pas un vieux naze.

  Hortense demande de plus en plus de soin, il faut embaucher une aide soignante. Muriel, de l’école d’infirmière vient intégrer le groupe. Avec deux kilos de purée de pommes de terre, deux kilos de blanc de Meudon, de l’amidon pour bien fixer le tout et de l’eau, Marceline prépare la peinture pour la chambre de Muriel qui est ravie d’être logée gratuitement en échange de ses services. Je n’ai pas essayé la recette de la peinture…

  Puis arrive Kim en renfort pour le jardin, lui aussi logé à la ferme. Il installe un poulailler et Internet pour que tous aient accès à la toile. Les vieux s’y mettent de bon cœur : ils surfent sur le oueb, cliquent sur le dos d’une souris, se mette de profil sur fesse de bouc ! Guy crée même un site nommé solidarvioc.com. Le site existe !

  A la fin de l’hiver, les grues reviennent. Elles passent au dessus de la ferme en plusieurs grands V. Hortense demande à sortir. Muriel et Kim poussent son fauteuil roulant, recouvrent la vieille dame d’un édredon. De l’eau coule sur les joues d’Hortense, à cause du froid sûrement… Alors Hortense s’éteint, les grues c’est le signe qu’elle attendait, elle accompagne les oiseaux…

  Muriel accouche d’une petite fille dont elle ne veut pas. Paulette sera élevée par Ferdinand, Marceline, Guy, Simone et Kim…

306 pages de tendresse autour de ces attachants retraités alliant leur solitude, leur souffrance pour en faire une force. Merci Barbara Constantine.

Photo Dominique Joye. Légende : en Dordogne, à côté de Périgueux et Brantôme lors du congrès AEAP 2009 : une rencontre insolite à côté de la cave champignonnière de Rochevideau.

Photo Dominique Joye. Légende : en Dordogne, à côté de Périgueux et Brantôme lors du congrès AEAP 2009 : une rencontre insolite à côté de la cave champignonnière de Rochevideau.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article